Deprecated: La méthode de construction de la classe WP_Widget située dans EV_Widget_Entry_Views est obsolète depuis la version 4.3.0 ! Utilisez __construct() à la place. in /home/sc3sama2881/nannkmedia.com/wp-includes/functions.php on line 6078
La 15eme édition des Blues du fleuve a enregistré une véritable marée humaine mitigée de tant de sonorités authentiquement Africaines avec la présence physique des porteurs des projets venus des horizons divers et les contrées les plus lointaines du monde, la star planétaire a été honorée dans sa ville natale. La culture des Cubballos et celle du littoral confondue ont été au diapason. - NANNK MEDIA
29.4 C
Sénégal
mardi, avril 16, 2024

La 15eme édition des Blues du fleuve a enregistré une véritable marée humaine mitigée de tant de sonorités authentiquement Africaines avec la présence physique des porteurs des projets venus des horizons divers et les contrées les plus lointaines du monde, la star planétaire a été honorée dans sa ville natale. La culture des Cubballos et celle du littoral confondue ont été au diapason.

PAR ABDOULAYE H.SARR .

Le premier jour de cette édition de grande envergure où le fleuve Sénégal a été visité par des régates des jeunes pêcheurs à bord des pirogues pavoisées à la couleur de la nation, ceux ci venus du village sis au bord de Daande Maayo, trop célèbre, repere des Subalɓes, le Diella , le village majoritairement des subalɓe fiers de ce qu’ils sont .
Avec des pagaies bien embellies font les vas et vient, les navettes en chantant le Pekaan, le genre musical deux même dans ce fleuve, attirés par la crieusite , Lougui Seyba, le village Mauritanien qui fait face juste à Podor , où ses habitants se sont rendus massivement à la rive pour contempler la scène. Après 1 heure d’horloge , l’initiateur de ces Blues , la vedette où il est monté avec ses proches, se dirigeait vers le public la pagaie à la main symbolisant le Cubalaagu. Il lorgnait le navire légendaire  » Boue El Mogdad qui le rappelle beaucoup de choses dans sa vie. Après avoir accosté la vedette tout le monde l’accueillait avec des chansons » Pekaan » la voix de Samba Bah alias Ngaari Ngaolé entonnant sa voix suave, d’autres artistes font leurs chorégraphies aux rythmes Casamancais, les percussions des Lebou de Rufisque, Ndawrabine de Yene, la troupe des Sereres leur présence est trop symbolique en milieu Pulaar, les Fuutankés , les Maures, toutes les sonorités confondues, les chevaux de Edy et ceux de Ngaolé . Le maintien de l’ordre a failli avoir des difficultés pour faire correctement le travail, à cause du monde venu pour l’accueillir, Les délégations venant des quatre coins cardinaux pour apporter leurs soutiens au festival pour que la fête soit plus belles dans cette bourgade benie par Cheikh Oumar Fuutiyou Taal, natif de cette province ont été au devant de la scène

  Sur le chapiteau bien  garni, les guirlandes scintillent où on aperçoit l'effigie de Baaba, l'ambassadeur du système des nations unies pour la lutte contre la désertification au Sahel, les personnalités étatiques et parlementaire ont toutes marqué leurs présences physiques,  parmi elles, Monsieur Alioune Badara  Samba , le gouverneur de la région de St Louis avec sa délégation officielle... Il y avait également une forte délégation des États-Unis d'Amérique, Colorado venue apporter une pierre à l'édifice dans cette édition. L'homme propose Dieu dispose, Monsieur Mamadou Racine Sy, l'édile de Podor, le parrain  de ce festival a eu l'intention de prendre le tout en charge pour sa ville s'apprêtait à venir avec sa forte  délegation mais l'un de ses proches a tiré révérence, ainsi va la vie, il a délégué l 'un de ses plus proches pour le représenter.

Au pupitre, les représentants des délégués ont tour à tour pris la parole pour remercier le petit-fils de Penda Sarr et s’appesantir sur le développement et l’intérêt qu’apporte cette manifestation.
Elhadj Amadou Kane Diallo l ‘ancien maire de Ndioum, le représentant du maire de Podor, Yaya Dieng du PUMA, Baaba Maal a remercié tout le monde sans exception aucune tout en appelant la délégation venue de Colorado pour se prononcer publiquement l’objet de sa présence. il a transmis les excuses de Monsieur Aliou Sow qui a eu un empêchement à la dernière minute mais représentait par une forte délégation. Le gouverneur de la région a clôturé en souhaitant la bienvenue aux délégations et félicitait encore Baaba, l’ambassadeur du PUMA et parlait de l’importance de ce festival qui est à la fois culturel, économique et social..

    Chez Baaba Maal, les sonorités du terroir, le Mbalax et le salsa étaient de la partie pour tenir le public en haleine.

Les Ñeeño , ont ouvert le bal suivi d’Assane Mboup qui a été introduit par Baaba même selon lui Assane est un jeune musicien qui a un comportement loyal envers ses pères, grands frères et autres, après lui c ‘est le tour du défilé de mode. Le Maître du Salsa, Alias Diallo avant d’entrer sur scène a tenu à remercier Elhaaj en lui disant qu’il a le don du Dieu qu’on le veuille ou qu’on le haisse, c’est grâce au Tout Puissant Pouvoir sans limite. Sur scene, avec sa veste brillante qui illumine l’enceinte , frappée d’une cravate
Tout âge confondu, les grands se sont rappelés du bon vieux temps, sur le podium les salseros se sont distingués. Jadis on entendait  » Rendez-vous ce soir chez Fatimata où nous allons danser jusqu’à l’aube » mais la seule différence que c’était chez Baaba où la soirée s’est prolongée jusqu’à l’aube » avec un public déchainé où les billets de banque pleuvaient du début à la fin.

Au jour suivant tous les yeux étaient rivés à la soirée de Daande Leñol qui a eu pour cadre  » Terrain HLM » où tous les invités de marque l’attendaient avec impatience pour le revoir sur le podium.

Aux environs de quatre heures du matin il s’ est mis sur scène, avec un Boubou des grosses pointures, trop bel, rare au Sénégal voire inexistant, le public a été frappé par l’administration et contemplation du dit boubou, la soirée a pris fin vers l’aurore mais avant la fin Ina Mojja l’accompagnait avec un morceau trop célèbre dans le milieu Bambara. Cette soirée riche en son et en couleur a replongé le public un loisir et une véritable allégresse.

 L'information la plus importante qui marque un encre indélébile et qui sera tout le temps relatée, c'est  celle du boulevard qui porte désormais ''Boulevard Baaba Baidy Maal'' menant vers la préfecture. Elle a été inaugurée en présence du Maire de Podor , Mamadou Racine Sy,  les personnalités régionales dont Aliou Badara Samb et ceci a enregistré également la présence des personnalités religieuses, culturelles et coutumieres.

Des rencontres qui ont pour objet le développement , femmes en agriculture et perspectives . Cette année le thème général retenu c’est:

Entreprenariat Féminin et Développement durable  » la présence du PUMA, le partenaire des Blues du fleuve a été remarquable tout au long du fleuve Sénégal, de Podor jusqu’à Diella, à sa tête Moussa Oumar Sow, représenté par Yaya Dieng.
Une visite des installations solaires en présence Ina Mojja, Peule bon teint d’origine Malienne qui a l’intention de soutenir les projets des femmes , elle est l’ambassadrice du système des nations unies de lutte contre la désertification au Sahel

Spectacle de l’intégration.
Cet spectacle de haute portée qui marque la fin ou clôture les Blues a vu la présence massive des rappeurs trop engagés de la sous région, entre autres Thomas Sankara, le Mauritanien sorti récemment de la prison, Paco Leñol, Mint Maimouna, Mauresque a fait trop de fausses notes dont ignore l’origine , Elhadj en personne a voulu rectifié le tir mais…Aliou Sambou, venu du Mali sa prestation a retenu le public , Baajum, princesse et Adiatta de Ziguinchor ont joué le rythme authentiquement Africain en esquissant des chorégraphies rares au pays de Teddungal, Choupie Mbalo, jeune artiste koldoise à la voix d’or a attiré
Tout le Public grâce à la richesse de ses textes qui vont en droite ligne avec le Pulaagu en général et particulier le Sénégal , Fatim Samba Diop, a entonné une voix et chansons du Fuuta d’Amadou Tamba Diop, paix à son âme.

Les Blues du fleuve constituent un gagne pain où les vendeurs à la chauvette et les marchands ambulants tirent leurs épingles du jeu.
En effet certains d’entre eux

Selon les hommes auquels on a tendu le micro nous ont soufflé des notes en disant que  » les Blues du fleuve ont atteint une vitesse de croisière, avec des résultats escomptés grâce à l’ainé du papa Baidy Maal.
Espérons que les futurs Blues Iront au-delà du fleuve Senegal.
Tout est sous la direction d’Oumar Wade, wadel pour les intimes le manager général de Daande Leñol.

Les plus lus

- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -spot_img

Les articles récents